Rencontre entre le Président Rajaonarimampianina et le Représentant Résidant du FMI, Marc Gérard


« La coopération bilatérale se poursuivra même après les élections »

Le Président de la République Hery Rajaonarimampianina a reçu, dans l’après-midi de ce vendredi 7 septembre 2018, au Palais d’État d’Iavoloha, le nouveau Représentant Résident du Fonds Monétaire International (FMI) à Madagascar, Mr Marc Gérard. Succédant à l’ancien représentant du FMI, Patrick Imam, Marc Gérard souhaitait rencontrer le Chef d’Etat afin de se présenter officiellement et rappeler également l’importance de la coopération entre Madagascar et le FMI, laquelle « ira au-delà des prochaines élections présidentielles » a-t-il souligné. “Beaucoup de projets ont été réalisés conjointement depuis deux ans, juste après la mise en place du programme d’appui au Plan de National de Développement. Il y a eu de bons résultats en termes de croissance économique et de stabilité. Mais beaucoup restent encore à faire pour que les changements soient effectifs, et le FMI souhaite vraiment que la cooperation continue pour arriver à cet objectif.” a déclaré Mr Marc Gérard. Le représentant du FMI a évoqué que les relations entre Madagascar et le FMI sont bonnes même si les deux parties ne sont pas toujours en accord sur tous les points. Mais le dialogue franc et la volonté commune d’avancer ensemble sont presents, a t-t-il précisé.

Le souhait du FMI est que cette collaboration avec Madagascar se poursuive au-delà des élections. C’est pourquoi le FMI s’ouvre au dialogue avec tous les candidats; car cette institution ne fait pas de favoritisme, selon son Représentant Résident, et ne soutient aucun parti politique. “Le FMI respecte la souveraineté de l’Etat et le choix du peuple malgache. L’important pour nous c’est de pouvoir tenir notre engagement d’aider Madagascar à faire augmenter ses ressources économiques pour améliorer l’éducation, la santé publique, la sécurité et la lutte contre la corruption.” souligne Mr. Marc Gérard. Le FMI demande également à la partie malgache de veiller à ce que les dépenses publiques soient faites dans l’intérêt de la population, et profitent surtout à l’éducation et à la santé publique, tout cela dans la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption.