Lutte contre la peste : amplifier la riposte, renforcer la communication


Le Président fait le point sur le dispositif avec les acteurs et les partenaires

« Nous avons les moyens nécessaires en médicaments, en matériels et équipements, et, surtout, en ressources humaines, pour faire face à l’épidémie de peste. Il nous faut renforcer le dispositif de détection, de prise en charge et de traitement des malades ; de même, il faut prendre des mesures par rapport au mouvement quotidien de la population, en fonction des réalités locales, et, dans le même temps, intensifier les actions d’information et de sensibilisation à l’endroit de la population. » C’est, en substance, les propos et directives du Chef de l’Etat lors de la visite du dispositif mis en place dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de peste. Il a également lancé une mise en garde ferme à tous ceux qui s’évertuent à diffuser des fausses informations, dans des desseins inavoués.

Durant la matinée de ce 10 octobre, le Chef d’Etat s’est rendu à la Centrale d’Achats de Médicaments Essentiels et de Matériel Médical de Madagascar, SALAMA, sise à Tanjombato. Il a ensuite participé à une réunion de la Cellule de Crise sur la peste au Ministère de la Santé Publique, avant de visiter les laboratoires de l’Institut Pasteur de Madagascar. Et enfin, il était à l’entrepôt de la DHL où ont été présentés les lots de médicaments et matériels mobilisés par l’Organisation Mondiale de la Santé et les partenaires.

A la centrale SALAMA

La mission de la Centrale d’achats de médicaments essentiels et de matériel médical SALAMA est d’assurer l’approvisionnement de toutes les formations sanitaires publiques, en l’occurrence les Centres de Santé de Base et les hôpitaux. La centrale est sous la tutelle technique du Ministère de la santé publique. Avec l’appui des partenaires techniques et financiers, SALAMA vient de recevoir des médicaments ainsi que des consommables, tels que des seringues, gants, masques et autres équipements de protection individuelle pour la lutte contre la peste. Ces médicaments et consommables médicaux seront acheminés vers tous les centres de santé et hôpitaux qui en passeront commande. Le traitement de la peste étant gratuit pour tous les malades.

Cellule de crise au Ministère de la Santé Publique

Lutte contre la peste : Une cellule de crise mise en place au Ministère de la Santé Publique

Le Président Hery Rajaonarimampianina s’est rendu également au Ministère de la Santé Publique. Une Cellule de crise y a été mise en place depuis l’apparition de l’épidémie, et s’occupe de tout l’aspect stratégique de la riposte, tandis que toute la partie opérationnelle est prise en charge par une Cellule d’Exécution. Un bilan de la situation a été présenté lors de la réunion, allant de début août jusqu’au 9 octobre à 21 heures, dans tout le pays :

  • 449 cas déclarés;
  • 187 malades traités et guéris;
  • 217 sous traitement;
  • 48 décès.

Pour le Grand Tana, (Antananarivo-ville, Atsimondrano, Avaradrano et Ambohidratrimo :

  • 239 cas déclarés;
  • 126 malades traités et guéris;
  • 92 sous traitement;
  • 21 décès.

Pour Toamasina :

  • 147 cas déclarés;
  • 112 hospitalisés;
  • 28 personnes guéries;
  • 9 décès.

Une personne atteinte de la peste peut être guérie après un traitement qui dure 8 jours, mais il faut que le malade rejoigne ou soit amené dans un hôpital. Le dispositif de lutte prévoit la mise en place d’un « Site d’appui » au niveau des Fokontany, une collaboration entre les responsables du Fokontany, les agents du Ministère de la santé, ainsi que des volontaires. Dès la détection, le malade est mis dans un Site d’Isolement pour recevoir les premiers soins avant d’être acheminé vers un hôpital, par ambulance. Pour Antananarivo, les centres de traitement sont les hôpitaux d’Ambohimiandra, Befelatanana, HJRA, Anosiavaratra, Anosiala et l’HOMI-Soavinandriana. Au niveau local, la riposte se traduit aussi par le contrôle des proches du malade ou des personnes décédées, des opérations de prophylaxie, ainsi que des actions d’information et de sensibilisation.

Ensemble pour combattre la peste

La peste est guérissable mais il faut une prise en charge rapide, a réitéré le Président de la République lors de la réunion de la Cellule de crise au Ministère de la santé publique. « Nous sommes plus efficaces quand nous travaillons ensemble. La peste existe certes dans le pays, à l’instar de ce qui était survenu dans les districts de Befotaka et d’Iakora en 2016, mais la lutte a pu se faire d’une manière efficiente dès que la zone a été bien circonscrite et les habitants traités et contrôlés », a-t-il déclaré. Il a par la suite appelé la population à ne pas céder à la panique, à ne surtout pas procéder à l’automédication, ou être victime des fausses rumeurs. A ce sujet, le Chef de l’Etat a lancé une mise en garde ferme à l’endroit de tous ceux qui s’évertuent à répandre de fausses informations, de nature à provoquer la psychose voire le trouble au sein de la population. Par ailleurs, il a demandé à ce que des mesures soient prises au niveau des communautés de base pour éviter la propagation de la peste, face au mouvement quotidien de la population, mais en fonction des réalités locales. De même, il a préconisé des mesures en ce qui concerne les inhumations, ou encore les fuites de malades qui ont été constatés. Il est à noter qu’au début de l’épidémie, le taux de mortalité était de 27% et, à l’heure actuelle, il est de 10,7%, ce qui se rapproche de la meilleure riposte qui est de 10%, selon l’OMS.

Visite à l’Institut Pasteur de Madagascar

Visite du Président Rajaonarimampianina à l’Institut Pasteur de Madagascar

Dans le courant de la matinée, le Président de la République s’est rendu à l’Institut Pasteur de Madagascar. Il s’agit d’une copropriété de l’Etat malgache qui assure un rôle de premier plan dans la lutte contre la peste, notamment en termes de diagnostic. L’IPM a en effet mis au point, ici à Madagascar, le TDR ou le Test de Diagnostic Rapide sur la peste, qui permet d’obtenir un résultat au bout de 15 minutes. Il n’est cependant appliqué qu’en cas de forte suspicion. L’IPM utilise également la technique de pointe appelée PCR (Polymérase Chaîne et Réaction) pour le diagnostic final, la culture de microbe et la recherche. Par ailleurs, les médecins de l’IPM attestent que les médicaments utilisés sur les malades de la peste à Madagascar sont des médicaments appropriés et totalement efficaces.

Appui de l’OMS en médicaments, matériels et communication

Dans le courant de la matinée toujours, le Président a rejoint les responsables de l’Organisation Mondiale de la Santé au centre de stockage de DHL, où sont arrivés les lots de médicaments que l’OMS et ses partenaires (Unicef, USAID) ont alloués à la riposte contre la peste à Madagascar. Il s’agit de médicaments pouvant traiter environ 7000 patients et 30000 contacts. Ces partenaires interviennent aussi pour le transport de malades vers les centres de traitement grâce à des cliniques mobiles, de même que dans les actions de communication et de sensibilisation, ainsi que la formation au niveau des Fokontany. Le Président de la République Hery Rajaonarimampianina a félicité et encouragé toutes les entités qui participent à la lutte, unis dans cette noble tâche, pour la prise en charge des malades et mettre fin à la propagation de la peste et n’a pas manqué d’exprimer ses condoléances et encouragements aux proches des victimes.