Le Président Rajaonarimampianina au sommet extraordinaire de la SADC


Pour une mutualisation des moyens face aux catastrophes naturelles

Le Président de la République de Madagascar, Hery Rajaonarimampianina, a participé au sommet extraordinaire de la SADC au Swaziland, ce 18 mars. Cinq principaux points étaient à l’ordre du jour : l’industrialisation, le changement climatique, la crise politique au Lesotho et en République Démocratique du Congo, et enfin la mise en place de l’Université de la transformation de la SADC qui recevra 300 étudiants chaque année, dont une vingtaine de ressortissants malgaches.

Dans son intervention devant ses pairs, au Palais Royal Lozitha, le Chef de l’Etat a fait part de sa profonde appréciation quant à la célérité avec laquelle la SADC a soutenu et répondu à l’appel lancé par le Gouvernement suite au passage du cyclone Enawo, et qui a amené Madagascar à émettre une Déclaration de sinistre national. Pour le Président Rajaonarimampianina, une telle célérité témoigne de l’attachement de la SADC et de ses pays membres à la devise Vers un avenir commun, lequel engage à raffermir toujours davantage leur solidarité. Cet avenir commun nous renvoie à notre vulnérabilité collective face aux fréquentes catastrophes naturelles qui sont amplifiées par les effets du changement climatique, a-t-il déclaré. « Nous voudrions dire que nous gagnerons ainsi à mutualiser nos moyens et nos stratégies pour y faire face, allant au-delà des actions ponctuelles d’urgence. La stratégie nationale pour la gestion des risques et des catastrophes élaborée par Madagascar a, elle-même, mis en exergue la nécessité d’orienter davantage les actions, au niveau national et régional, vers le renforcement de la capacité des populations à faire face aux risques naturels », a expliqué le Président de la République.

Face aux risques et catastrophes, le Chef de l’Etat malgache a fait valoir qu’il est important de développer la capacité de coordination des interventions, de renforcer le système d’alerte précoce, ainsi que la résilience de la population. Pour la Grande Île, malgré toutes les mesures de préparation et de réponse, le cyclone Enawo laissé derrière lui un lourd bilan humain et des paysages de désolation, fragilisant encore davantage la situation socioéconomique dans les régions de l’Île en proie à une situation de longue sécheresse. Le Président de la République a toutefois relevé que les mesures prises dans le cadre de la stratégie nationale depuis trois ans ont donné des résultats positifs car elles ont permis de réduire les pertes en vies humaines et les dégâts matériels. Il a tenu à partager la conviction qu’il est possible d’atténuer l’impact des catastrophes naturelles sur l’économie, l’environnement et les communautés humaines grâce à une planification, un développement des compétences, et des investissements dans le domaine

de la prévention et de la préparation ; une telle démarche repose sur le partage d’expériences entre les différents pays et une mutualisation des moyens sur le long terme dont le coût serait moindre comparé aux initiatives d’urgence.

Le Chef de l’Etat malgache a salué l’initiative de l’élaboration d’une stratégie régionale pour la préparation et la réponse aux catastrophes et son adoption par la SADC en novembre 2016. Pour l’heure, la finalisation du projet de Fonds de préparation et d’intervention, au niveau de l’organisation, est au stade de la mobilisation des ressources. Par ailleurs, il a exprimé sa satisfaction par rapport à l’établissement, au niveau de la Région SADC, du Comité régional d’évaluation de la vulnérabilité, et de ses démembrements au niveau national lesquels constituent un outil majeur dans la gestion des catastrophes et de la coordination. A Madagascar, la mise en place de ce Comité est effective. Le Président de la République a fait part de sa confiance quant à la capacité de la SADC et de ses pays membres à faire face, ensemble, aux défis. En terminant, il a exprimé la solidarité de Madagascar avec les Etats membres qui sont également frappés par ces mêmes catastrophes naturelles.