L’intervention du Président Rajaonarimampianina à la tribune de la COP 22


« Pour que les engagements de l’Accord de Paris soient traduits en termes de financement des actions d’adaptation et d’atténuation »

Madagascar souligne l’urgence de traduire les engagements convenus dans l’Accord de Paris dans un Plan concret pour le financement des actions climatiques et en termes d’adaptation et d’atténuation. Le Président de la République, Hery Rajaonarimampianina, est intervenu ce 15 novembre à la 22ème édition de la Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, COP 22.

D’emblée, le Chef de l’Etat a déclaré que le monde se mobilise pour combattre le réchauffement climatique. Un bon nombre d’indicateurs sont déjà passés au rouge et ils affectent particulièrement les Pays en développement, dont les pays africains comme Madagascar, alors que leur contribution aux émissions de CO2 liées à l’énergie demeure la plus faible comme l’on sait. La Grande Île figure parmi les pays les plus touchés par les effets du changement climatique. Son insularité et sa situation géographique dans l’Océan Indien l’y prédisposent et mettent en péril ses richesses en biodiversité, unique au monde. Depuis près d’une décennie, les cataclysmes naturels, tels qu’inondations, cyclones de forte intensité et périodes de sécheresse menaçant la sécurité alimentaire, s’y succèdent. Les femmes et les enfants en sont les grandes victimes. Presque toutes les régions du pays sont exposées alors que les populations sont fortement dépendantes de la nature.

Face à cette situation, le Président Rajaonarimampianina a souligné que Madagascar a pris des mesures aussi bien au niveau national qu’international. Disposant d’un potentiel non négligeable en énergie renouvelable, une politique de transition énergétique est mise en œuvre, au même titre que la promotion d’un développement avec un faible taux d’émission de carbone. Madagascar s’est engagé de façon réaliste à réduire de 14% ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 et à augmenter la capacité d’absorption de nos puits de carbone à 32% durant cette même période.

Au plan international, Madagascar a signé et ratifié l’Accord de Paris. Le Chef de l’Etat a estimé qu’il est plus qu’urgent de traduire concrètement dans un Plan précis, ou en une Feuille de route détaillée, les engagements convenus dans l’Accord de Paris, que ce soit en termes de financement des actions climatiques ou en termes de mesures d’adaptation et d’atténuation. « L’échéance de 2020 est encore trop éloignée car la balance de l’action climatique n’a que trop longtemps penché du côté de l’atténuation au détriment de l’adaptation qui demeure notre priorité. A propos de financement, Madagascar félicite la présidence marocaine de la Conférence d’avoir fait de la question une priorité et nous attendons aussi avec intérêt l’obligation verte annoncée par Paris en 2017. La nécessité d’un instrument universel pour quantifier le risque climat dès lors s’impose, c’est-à dire un prix pour le carbone », a précisé le Président Rajaonarimampianina.

« Beaucoup reste à faire mais nous restons optimistes. Dans ce processus de négociations, nous devons utiliser tous les moyens pour avancer. Ainsi, Madagascar soutient la proposition de finaliser la discussion sur les règles communes dès 2018, année du bilan d’étape prévu par l’Accord de Paris », a préconisé le Chef de l’Etat qui a, en outre, encouragé la mise en place d’un dispositif de suivi et d’évaluation de ces initiatives. Par ailleurs, il a souligné que Madagascar soutient activement l’initiative « Triple A » que le gouvernement marocain a développé au niveau agricole à titre de mise en œuvre de l’Accord de Paris. Il a préconisé la mise en place rapide de toutes les mesures d’accompagnement d’une telle initiative face à l’avancée inexorable du changement climatique. Le Président Hery Rajaonarimampianina a par la suite exprimé le soutien à la volonté du Maroc et de toutes les Parties pour que la COP 22 soit la COP de l’action, de l’espérance et du succès. Pour terminer, le Chef de l’Etat a adressé la vive appréciation et les sincères remerciements de la délégation malagasy à Sa Majesté le Roi Mohamed VI et à tout le peuple frère marocain pour la chaleur fraternelle de leur hospitalité qui s’inscrit dans la pure tradition africaine.

Marrakech 2016

Marrakech 2016