Déclaration du Président du 27 mai 2015


Après toutes les rumeurs répandues ces derniers temps à son encontre, suite aux évènements de mardi à l’Assemblée Nationale, et face aux manœuvres de déstabilisation, le Président de la République, Hery Rajaonarimampianina a rompu le silence. Au palais de Iavoloha, face à la presse, le Chef de l’Etat malagasy a tenu à rassurer qu’il est toujours en fonction, œuvrant pour le développement du pays, dans l’intérêt bien compris du peuple.

Au stade actuel, l’œuvre de développement requiert l’apaisement, et la participation de tout un chacun, avec l’aide des pays amis, des partenaires techniques et financiers, ainsi que des investisseurs. Hery Rajaonarimampianina a souligné que nous travaillons pour effacer les séquelles de cinq années de crise, et non pour en créer une nouvelle. Par rapport aux évènements à l’Assemblée Nationale, le Chef de l’Etat n’a pas pu s’empêcher de partager ses doutes quant au respect de la transparence, des lois et règlements, ainsi que de la procédure lors de ce tour de force. Ce qui a étonné c’est qu’au moment du vote, il n’y avait qu’environ 80 députés dans la salle, or, lors du comptage des bulletins il y en avait 125. D’ailleurs, en la matière, la procédure n’a pas été respectée puisqu’il le nombre de vote n’a pas été rapproché par rapport au nombre de votants.

Le Président de la République a reconnu que les relations avec l’Assemblée Nationale ont connu des hauts et des bas. Il y a eu des discussions assez tendues, car sur certains points, en l’occurrence l’attribution de voitures tout terrain aux députés, Hery Rajaonarimampianina n’a jamais cédé, car ce serait tout à fait indécent face à la pauvreté qui mine la majorité des malagasy. Les cinq années de crise ont exacerbé la pauvreté, et la tâche n’est pas aisée car il faut avancer lentement mais sûrement, avec l’appui des bailleurs de fonds. D’ailleurs, à l’heure actuelle, une mission du FMI est à Madagascar, mais, chose étonnante, c’est qu’à chaque fois qu’une mission de ce genre est dans le pays, des manœuvres de toutes sortes surviennent. Revenant sur les évènements de Tsimbazaza, le Président de la République a souligné que la destitution d’un Chef d’Etat est trop importante pour qu’elle soit expédiée en une demi-journée, avec des arguments qui sont le filigrane d’intérêts d’une personne. Ce qui l’a amené à constater, amèrement, que c’est la pauvreté d’esprit qui mine surtout le pays, une mentalité qui constitue un frein à tout effort de développement. En positivant les choses, Hery Rajaonarimampianina a souhaité que des leçons puissent être tirées d’une telle situation, dans le sens d’une meilleure acceptation de la transparence, et de l’état de droit, et de la bonne gouvernance.

Hery Rajaonarimampianina - Déclaration