Allocution du Président lors de la cérémonie de clôture du 20ème sommet du COMESA


Télécharger le discours (PDF)

Excellence Monsieur Edgar Chagwa Lungu, Président de la République de Zambie,

Excellence Prof Arthur Peter Mutharika, Président de la République de Malawi,

Hon. Edouard Ngirente, Premier Ministre de la République du Rwanda,

Excellences Messieurs les Ministres,

Excellences Messieurs les ambassadeurs et Chefs de missions diplomatiques,

Madame la Présidente de la Cour de Justice du COMESA,

Monsieur Sindiso Ngwenya, Secrétaire Général sortant du COMESA,

Madame Chileshe Kapwepwe, Secrétaire Général du COMESA,

Chers partenaires de coopération,

Distingués délégués,

Mesdames et Messieurs,

Au moment où nous cheminons vers la clôture du 20ème sommet du COMESA, permettez-moi d’adresser au nom de l’ensemble des délégations ici présentes, mes sincères remerciements à S.E. Edgar Chagwa Lungu, Président de la République de Zambie, à son gouvernement et au peuple zambien, de ce grand pays de paix, pour l’accueil et l’hospitalité combien remarquables qui nous ont été témoignés depuis notre arrivée.

Je voudrais aussi témoigner toute ma gratitude à tous nos Chefs d’État et de Gouvernement à travers vous, pour la confiance qui m’a été accordée pour conduire la destinée de notre grande organisation pendant les dix-huit derniers mois.

Je voudrais aussi exprimer toute mon appréciation pour l’appui inlassable que le Secrétaire Général sortant et l’ensemble du personnel du Secrétariat du COMESA, m’ont accordé et qui m’a permis de contribuer à l’avancement du processus d’intégration de notre région.

Distingués invités,

Mesdames et Messieurs,

Le vingtième sommet du COMESA a été un sommet spécial pour notre région, car il a été riche en évènements :

Premièrement, son thème innovateur : « Le COMESA à l’heure de l’intégration numérique ». La numérisation dans la mise en œuvre de nos programmes facilitera davantage les relations d’affaires, la connectivité des personnes, la réduction de temps et de coûts de nos transactions, et augmentera certainement l’efficience dans nos différentes interventions.

Deuxièmement, ce sommet a permis d’accueillir deux nouveaux membres en notre sein, à savoir, la République de Tunisie et la République fédérale de Somalie ; ce qui porte le nombre des États membres à vingt et un, et qui fait du COMESA le plus grand espace intégré de notre continent.

Permettez-moi de saisir de nouveau cette opportunité pour réitérer nos remerciements à la République de Tunisie et la République fédérale de Somalie pour la confiance qu’elles ont manifesté à l’endroit du COMESA pour en devenir aujourd’hui membres à part entière.

Troisièmement, ce sommet a permis de porter à la tête de notre organisation un nouveau Secrétaire Général, en la personne de Madame Chileshe Kapwepwe. Qu’il me soit permis de lui exprimer encore une fois toutes nos félicitations. Notre vœu le plus ardent est qu’elle puisse travailler sans relâche, et faire en sorte que le flambeau du COMESA soit toujours porté plus haut, et plus loin tout, en veillant qu’il ne puisse pas s’éteindre.

Quatrièmement, ce sommet a permis aussi de renforcer notre conviction d’avancer dans la mise en place de la Zone de Libre Échange Économique. L’Ouganda a présenté, par exemple, les avantages d’une intégration régionale. 

Excellences Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement,

Messieurs les ministres,

Distingués invités,

En ce qui concerne la situation sécuritaire dans notre région, nous avons salué les efforts que nos États ont déployés pour rétablir et maintenir la paix ; et le fait le plus important à relever ici avec grande satisfaction, est la normalisation des relations entre l’Éthiopie et l’Érythrée à travers la signature de l’accord de paix et d’amitié entre les deux pays. Il est important de relever le rôle que nos pays, sous l’impulsion de l’Union africaine et autres institutions régionales, peuvent jouer pour la stabilité, la paix et la sécurité, qui sont les gages nécessaires pour assurer développement économique et social de nos Etats.

Qu’il me soit aussi permis, de relever l’importance du travail combien appréciable des différentes institutions du COMESA qu’elles ne cessent de réaliser en appui au développement du secteur privé de notre région. Certaines de ces institutions se sont même déployées au-delà de la région du COMESA pour devenir des institutions à vocation panafricaine. Il s’agit particulièrement de la Banque du Commerce et de Développement (TDB), l’Agence pour l’Assurance du Commerce en Afrique (ACA) et l’institut africain du cuir et des produits du cuir (ALLPI); et je suis sûr que d’autres sont sur cette voie de mutation.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Le rapport fait par le Secrétaire Général sortant sur : « l’état de l’intégration régionale dans le COMESA : le passé, le présent et le futur », montre le chemin parcouru depuis la zone d’échange préférentielle.

Beaucoup a été fait par les fondateurs pour que la COMESA soit ce qu’elle est aujourd’hui : c’est-à-dire une vaste communauté économique régionale respectée dans toute l’Afrique et dans le monde.

D’autres régions se sont inspirées de nos premiers programmes, de nos instruments de facilitation du commerce et de l’investissement, ainsi que de nos institutions d’intégration.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Au fil des années, nous avons vu les bienfaits et l’importance d’être membre du COMESA. Notre organisation a mobilisé un grand nombre de partenaires qui ont apporté une assistance financière et technique aux États membres et aux programmes, dans le cadre des programmes tels que le Mécanisme d’appui à l’intégration régionale. En effet, comparés aux autres organisations régionales, les États membres tirent assurément plus d’avantages financiers du COMESA que de toute autre organisation régionale dans la région ! L’autre côté de la réalité est cependant que la plupart des fonds ont été fournis par les bailleurs de fonds. Cette dépendance peut susciter beaucoup d’inquiétudes pour la pérennité de notre organisation. 

Excellences, Mesdames et Messieurs,

La bonne nouvelle est qu’il est possible de mobiliser nos propres ressources. En m’appuyant sur l’enthousiasme et la fidélité avec lesquels nombre de nos États membres apportent leurs contributions à nos organisations sœurs, je suis convaincu, chers collègues, que nos contributions au COMESA peuvent considérablement s’améliorer et réduire, cette dépendance au financement extérieur qui est tant décriée.

Excellence Messieurs les Chefs d’État et de Gouvernement,

Honorables Ministres,

Distingués invités,

Mesdames et Messieurs,

Permettez-moi avant de conclure en remerciant le Secrétaire Général sortant, Monsieur Sindiso Ngwenya, pour son dévouement et son abnégation qui ont fait que notre organisation atteigne les résultats que nous connaissons tous. Son expertise et la mémoire institutionnelle qu’il représente, constituent certes, des atouts qui ne doivent pas nous laisser indifférents.

Permettez-moi donc en notre nom, Excellences, Mesdames et Messieurs, de lui présenter nos sincères remerciements pour tout ce qu’il a fait pour notre organisation.

Le chemin qui reste à parcourir est non seulement long, mais comporte aussi beaucoup de défis à relever si nous devons réaliser notre vision.

Notre expérience peut donc constituer une source d’inspiration pour non seulement protéger les acquis, mais surtout pour amener le COMESA vers les horizons lointains.

Et pour conclure, je souhaite aux uns et aux autres bons retours dans vos pays respectifs.

Et c’est sur cela que je déclare clos ce 20ème Sommet du COMESA.

Je vous remercie de votre aimable attention.