Allocution de Son Excellence Hery Martial Rajaonarimampianina, Président de la République de Madagascar et Président de la Conférence du COMESA au vingtième Sommet du COMESA le 18 juillet 2018, LUSAKA, ZAMBIE


Télécharger le discours

EXCELLENCE M. EDGAR CHAGWA LUNGU, PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE DE ZAMBIE ET NOTRE AUGUSTE HÔTE,

EXCELLENCE, M. ABIY AHMED PREMIER MINISTRE DE LA RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE DÉMOCRATIQUE D’ÉTHIOPIE ET RAPPORTEUR DE LA CONFERENCE DU COMESA,

EXCELLENCES, CHEFS D’ÉTAT ET DE GOUVERNEMENT,

EXCELLENCES,  CHEF DE DÉLÉGATIONS,

EXCELLENCE, M.MOUSSA FAKRI MAHAMAT, PRÉSIDENT DE LA COMMISSION DE L’UNION AFRICAINE ,

EXCELLENCE, MME. VERA SONGWE, SECRETAIRE GENERAL ADJOINT DE L’ORGANISATION DES NATIONS UNIES ET SECRETAIRE EXECUTIF DE LA COMMISSION ECONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L’AFRIQUE

Honorables Ministres,

Monsieur le Secrétaire Général du COMESA,

Distingués chefs d’organisations internationales et régionales,

Excellences, ambassadeurs et Hauts Commissaires,

Mesdames et Messieurs,

J’ai l’honneur de vous accueillir dans cette belle ville de Lusaka, capitale de la Zambie et siège de notre organisation. Permettez-moi d’exprimer, en votre nom et en mon propre, toute notre gratitude à son excellence Mr. Edgar Chagwa Lungu, président de la république de Zambie et ​​au peuple zambien dans son ensemble, pour l’accueil chaleureux qui nous a été réservé depuis notre arrivée.

C’est au nom de nous tous que je voudrais remercier le gouvernement et le peuple zambiens d’avoir offert un environnement convivial au travail de notre secrétariat du COMESA depuis l’époque de la « zone de commerce préférentiels des états de l’Afrique de l’Est et de l’Afrique Australe » en 1981. Nous remercions également le gouvernement de la République de Zambie pour avoir octroyé le bâtiment qui abrite le siège actuel ainsi qu’un terrain de quatre hectares de premier choix, situé en proximité de l’aéroport international David Kaunda. La parcelle servira pour la construction du nouveau siège.

Excellences Chefs d’Etat et de gouvernement,

Honorable délégués,

Distingués invités,

Mesdames et Messieurs,

Depuis notre dernier sommet que j’ai eu l’honneur d’accueillir à Madagascar en 2016, d’importants développements géopolitiques sont survenus dans la région et le reste du monde. Ces évolutions affecteront nos économies positivement et négativement.

Excellences,

Dans notre région du COMESA, nous assistons à des développements positifs majeurs qui se déroulent à un rythme rapide. Ce qui est de bonne augure pour notre prospérité individuelle et collective, comme COMESA en particulier, et le continent africain en général.

La nouvelle aube de paix et de stabilité est attribuée aux décisions que nos frères et sœurs ont prises pour résoudre certains différends anciens qui ont entravé notre volonté collective de réaliser la vision de nos pères fondateurs, à savoir un COMESA économiquement intégré, prospère et en paix avec lui-même.

Excellences, Chefs d’Etat et de gouvernement, 

Je voudrais saisir cette occasion pour exprimer notre profonde gratitude à nos frères, les Chefs d’Etat et de gouvernement de la République Fédérale démocratique d’Ethiopie et de ​​l’Etat d’Erythrée pour la décision historique de mettre fin aux hostilités qui durent depuis quinze ans.

La région du COMESA, l’Afrique et le monde entier ont été émerveillés par le spectacle de son excellence, le Premier Ministre Abiy Ahmed, recevant la délégation Erythréenne à Addis Abeba ainsi que par l’image des drapeaux des deux nations sœurs flottant côte à côte. Nous assistons en effet à la réalisation du slogan mobilisateur de l’agenda 2063 « l’Afrique que nous voulons » ainsi que notre éternel leitmotiv « des solutions africaines aux problèmes africains ».

Excellences,

Le deuxième événement capital dont nous devons nous féliciter a été la rencontre entre les protagonistes de la crise au soudan du sud qui a abouti au cessez-le-feu qui est en train d’être mis en œuvre. Cela a été rendu possible grâce au leadership de l’autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) ainsi qu’aux médiateurs du processus de paix pour le Soudan du Sud.

Au nom du COMESA et en mon nom propre, je voudrais féliciter son excellence Salva Kirr, Président de la République du Soudan du Sud et Mr. Riek Machar pour les mesures audacieuses qu’ils ont prises pour apporter paix et la sécurité aux citoyens du Soudan du Sud.

Excellences, Chefs d’Etat et de gouvernement,

Nous devons tout faire pour appuyer les efforts qui visent à résoudre les incompréhensions qui aboutissent à des conflits. En effet, sans paix ni stabilité, notre rêve d’un COMESA prospère et d’une Afrique gagnante restera un mirage.

Excellences, Chefs d’Etat et de gouvernement,

Délégués distingués,

Les développements dans les types de coopérations internationales ont eu des impacts dans notre région.

La résurgence du nationalisme préférant la confrontation à la coopération, constitue une grave menace pour la paix et la sécurité du monde.

Ce nationalisme menace également la stabilité des chaînes de valeurs mondiales, allant de la production a l’approvisionnement, alors même que c’est cette mondialisation des chaines de valeurs qui a permis de sortir de la pauvreté des millions de personnes dans le monde en développement ainsi que la naissance des économies émergentes.

Excellences, Chefs d’Etat et de gouvernement,

Les leçons que nous devons tirer des tentatives d’abandonner le multilatéralisme et embrasser le nationalisme étroit, est que nous devons renforcer notre coopération en matière de commerce, d’investissement, d’infrastructure et de développement énergétique. En constatant les réalisations que nous avons accomplies jusqu’ici, nous devons rester conscients que le commerce entre nous-mêmes n’est qu’une petite fraction de nos échanges internationaux. Actuellement, notre commerce intra-COMESA s’élève à neuf milliards de dollars américains. En pourcentage, cela revient à environ dix pour cent du total de nos échanges avec le reste du monde.

Excellences, Chefs d’Etat et de gouvernement,

Pour que nos économies soient plus intégrées, tant horizontalement que verticalement, nous devons exploiter nos atouts et nos ressources existants.

Nous pouvons nous enorgueillir d’avoir mise en place des institutions financières de classe mondiale, comme la banque de commerce et de développement ainsi que l’agence d’assurance du commerce en Afrique. Ces institutions – en fournissant des financements et des garanties à nos industries – permettent de les moderniser et ainsi favoriser la création d’emplois et d’augmenter nos échanges.

Excellences, Chefs d’Etat et de gouvernement,

Honorables délégués,

Distingués invités,

Je voudrais maintenant vous faire part de ma vision sur le thème du sommet de cette année qui est «  le COMESA à l’heure de l’intégration numérique ». Le thème nous rappelle que le vingt-et-unième siècle sera défini par trois caractéristiques : la gestion des connaissances, l’apprentissage continu, l’adaptation et l’innovation. Ces trois éléments sont facilités par des technologies de l’information et de la communication modernes.

Il est encourageant de constater que les états membres du COMESA sont les premiers dans l’utilisation des différentes applications TIC, notamment les paiements mobiles et le commerce électronique pour ne citer que ces outils. Nous devons saluer, entre autres, l’introduction de l’application mobile COMESA pour les petits commerçants transfrontaliers, ce qui réduira le coût du commerce. Nous pouvons citer aussi le certificat d’origine électronique numérique du COMESA qui est en train d’être généralisé.

Excellences, Chefs d’Etat et de gouvernement,

Une autre première que le COMESA a accomplie dans le déploiement de technologies et d’applications innovantes est l’utilisation de la technologie « block chain » par nos compagnies d’assurance. Elles ont commencé l’émission de la carte jaune COMESA numérique. Ce dispositif permettra aux automobilistes d’acheter la carte jaune en ligne et de vérifier les règlements des sinistres.

Ces petites, et pourtant importantes mesures, qui ont été entreprises par la COMESA posent les fondations pour que nos pays participent à la nouvelle économie mondiale caractérisée par les chaînes d’approvisionnement globales et l’externalisation. En ce qui concerne le secteur industriel, nous devons féliciter l’institut africain du cuir, ancien institut du cuir du COMESA, pour avoir mis en place des studios nationaux et régionaux de design. Grâce à l’impression en 3d, il permettra aux clusters de cuir de fabriquer des chaussures personnalisées pouvant être vendues en ligne, au moyen de l’impression en 3d dans la région et le reste du monde.

Excellences,

Avec ces avancées et grâce à notre secteur privé, nos pays ont pris l’initiative pour poser les bases de notre participation à la quatrième révolution industrielle, menée entre autres par l’impression en 3d et l’intelligence artificielle. La nouvelle économie pour l’avenir exige que nous réexaminions et révisions nos programmes d’enseignement pour pouvoir offrir une éducation et des compétences nouvelles au moment où un nombre croissant de personnes travaillent désormais de façon autonome dans les services.

Excellences, Chefs d’Etat et de gouvernement,

Délégués distingués,

Le 10 juin 2015, à Charm El-Sheikh, en Egypte, lors de la signature et du lancement de la zone de libre-échange tripartite COMESA- EAC-SADC, réunissant vingt-six pays, avec une population combinée de 720 millions et un produit intérieur brut de 1500 milliards de dollars américains, nous avons convenu que la zone de libre-échange tripartite serait opérationnelle dans un délai de douze mois. Ceci n’a pas été possible du fait que seul l’Egypte, le Kenya et l’Ouganda ont ratifie l’accord. Il est nécessaire que 14 pays membres de la tripartite ratifient l’accord pour que l’instrument entre en vigueur.

Ce sommet nous offre une occasion de partager des idées et des expériences sur la façon d’accélérer la mise en œuvre de la ZLE tripartite. La ZLE tripartite constituera la base de la zone de libre-échange continentale africaine qui a été lancée à Kigali en mars 2018.

Excellences, Chefs d’Etat et de gouvernement,

Mesdames et Messieurs,

Je suis heureux de noter que depuis notre dernier sommet, nos pays ont accomplis des progrès individuels et collectifs dans la mise en œuvre de projets et de programmes qui renforcent l’intégration de nos économies. Nous pouvons citer notamment les projets d’infrastructure et d’énergie qui vont soutenir notre ambition d’industrialisation et de production d’énergie pour nos populations. L’Ethiopie, Djibouti et le Kenya devraient être salués pour la mise en œuvre de leurs chemins de fer modernes qui leur permettent de transporter les marchandises et les passagers plus rapidement à un moindre coût. Nous attendons aussi l’achèvement des projets de chemins de fer modernes sur le corridor nord et le corridor central qui relie le port de Dar Es Salam en Tanzanie avec le Burundi, le Rwanda et l’Ouganda.

Dans le secteur de l’énergie, en plus de la mise en service des nouvelles centrales hydroélectriques et des centrales d’énergies renouvelables, la région accomplit des progrès réels dans la mise en œuvre de l’interconnexion électrique : Ethiopie-Kenya d’une part et de l’interconnexion électrique de la Zambie, de la Tanzanie et ​​du Kenya d’autre part. Ces initiatives permettront le commerce d’électricité entre le pool énergétique de l’Afrique de l’Est et le pool énergétique de l’Afrique Australe.

Je voudrais à cette occasion remercier nos partenaires pour leur soutien à ces projets régionaux si importants. Nos remerciements vont en particulier à la Banque Africaine de Développement, à l’Union Européenne et à la République Populaire de Chine.

Excellences, Chefs d’Etat et de gouvernement,

Délégués distingués,

En plus des faits nouveaux que j’ai relevés, je suis heureux de constater que la République Populaire de Chine a apporte deux initiatives complémentaires pour le développement des infrastructures et le développement économique. La mise en place de la société chinoise de développement et d’investissement en infrastructure d’outre-mer (COIDIC), avec un financement de 550 millions de dollars américains pour l’élaboration de projets banquables, permettra de relever les défis que pose le montage de projets bankables. La seconde initiative mondiale et qui bénéficiera a nos pays est l’initiative « une ceinture, une route » (ONE BELT, ONE ROAD) (OBOR). Certains états membres du COMESA, y compris mon pays Madagascar, ont signé cette initiative.

L’importance de l’initiative « une ceinture, une route » est l’approche de développement holistique qui envisage les technologies de l’infrastructure, de l’énergie et de l’information comme moteurs de la transformation sociale et économique. C’est ma conviction que nous devons concevoir et mettre en œuvre l’initiative « une ceinture, une route » au niveau régional si nous voulons en tirer le maximum de bénéfices.

Excellences, Chefs d’Etat et de gouvernement,

Excellence Monsieur le Président de la Commission de l’Union Africaine,

Honorables Ministres,

Mesdames et Messieurs,

Notre sommet est historique par l’accueil de la République de Tunisie et la République Fédérale de Somalie comme membres de la famille du COMESA. Je souhaite les inviter à contribuer positivement au développement du COMESA et à la zone de libre-échange tripartite COMESA-EAC-SADC et à la zone de libre-échange continentale africaine sous les auspices de l’Union Africaine.

Nos remerciements collectifs s’appliquent aussi à l’équipe ministérielle du COMESA soutenue par le secrétariat qui a facilité les négociations d’adhésion des deux états membres.

Excellences, Chefs d’Etat et de gouvernement,

Pour conclure, je voudrais vous dire combien je suis très attaché au soutien que vous m’avez accordé ainsi qu’aux membres du bureau de l’autorité pendant notre mandat en tant que bureau et je voudrais assurer le nouveau bureau de notre indéfectible soutien.

Je vous remercie de votre aimable attention.