20 mars, Journée Internationale de la Francophonie : « La langue française, notre trait d’union pour agir »


« Nous sommes tous animés par la même volonté, liés par ce patrimoine que nous avons en commun, et que nous partageons : la langue française, les valeurs francophones, notre trait d’union pour agir. Agir et ne laisser personne derrière. » C’est, en substance, la déclaration du Président de la République, Hery Rajaonarimampianina, également Président en exercice du Sommet de la Francophonie, ce 20 mars à Iavoloha, à l’occasion de la célébration de la Journée Internationale de la Francophonie. Pour cette journée, le Ceremony building, où s’est déroulé l’évènement, a aussi abrité une exposition de photos sur Madagascar et la Francophonie, ainsi que sur l’artisanat malgache.

« La langue française, notre trait d’union pour agir » : c’est le thème de la célébration cette année, présidée par le Chef de l’Etat, et à laquelle ont participé les Chefs d’institutions, des ambassadeurs des pays membres de l’OIF, des acteurs de la Francophonie, ainsi que des étudiants. Dans son message vidéo, la Secrétaire Générale de l’Organisation Internationale de la Francophonie, Michaëlle Jean, a fait appel à la solidarité des peuples des 84 pays membres, pour agir ensemble contre les maux et les inégalités du monde à travers, pour le partage d’expériences, et le soutien mutuel aux causes singulières ou globales. « La langue française est notre trait d’union pour agir. Agir sans complexe, avec toujours plus d’audace et de fierté, dans tous les champs d’activités humaines. La gouvernance démocratique, l’éducation de base, la formation professionnelle et technique, l’enseignement supérieure et la recherche, les industries culturelles, les médias, l’économie et l’entreprenariat, le numérique et l’innovation technologique, le développement durable. Agir en parlant d’une voix forte pour dénoncer les dérives de la mondialisation, la violation des droits et des libertés, particulièrement des femmes, les appels à la haine et au rejet de l’autre, l’obscurantisme et la terreur. » a déclaré la Michaëlle Jean.

Dans son discours, le Président Hery Rajaonarimampianina, a rendu hommage à la Secrétaire Générale de l’OIF pour sa disponibilité et le dynamisme qu’elle insuffle tous les jours à l’organisation, ainsi que pour l’accompagnement sans faille de l’OIF dans toutes les actions que Madagascar a dirigées. Il a notamment rappelé que la tenue du 16ème sommet de la Francophonie à Madagascar a permis de confirmer le retour de la Grande Ile dans le concert des Nations. Cela nous a aussi permis de tenir la conférence des bailleurs et des investisseurs pour Madagascar, à Paris, début décembre 2016, une conférence qui a reçu un accueil chaleureux des partenaires du développement de la Grande Île qui ont pris un engagement totalisant plus de 10 milliards USD, dont 60 % sont aujourd’hui engagés, ou en cours d’exécution, et certains même déjà réalisés.

Le Président Rajaonarimampianina a fait valoir que « Depuis la tenue du 16ème Sommet, nous pouvons dire que beaucoup de chemin a été parcouru. Cette présidence de la Francophonie est une opportunité formidable pour Madagascar dans la consolidation de sa place dans le concert des Nations, et pour transformer cette visibilité en un levier de développement. » Madagascar a engagé un volume important de projet d’assistance de la Francophonie, entre autres le lancement de AMDP, l’Agence Malagasy de Développement économique et de Promotion d’entreprises, la mise en place du projet « Incubons », le premier incubateur d’entreprises, qui incarne le soutien de l’OIF aux jeunes entrepreneurs du Sud, ou encore le programme entreprenariat chez les jeunes et les femmes. « Notre pays est aussi, durant son mandat à la présidence, le garant de la mise en œuvre de la politique et de la stratégie de la Francophonie, telles que stipulées dans la Déclaration du Sommet d’Antananarivo et ses résolutions. A ce titre, je suis fier de citer quelques-unes des initiatives de la Francophonie dans ce sens : comme la mise en place de l’Observatoire Boutros Boutros-Gali, le plaidoyer mené par l’OIF pour l’opérationnalisation de la force mixte G5 Sahel, ou encore l’organisation de la conférence des femmes de la francophonie à Bucarest. » a conclu le Président Hery Rajaonarimampianina.